1/3 des demandeurs d’emploi a déjà été victime de discrimination à l’embauche
, / 5247 0

1/3 des demandeurs d’emploi a déjà été victime de discrimination à l’embauche

SHARE
Home Actualité 1/3 des demandeurs d’emploi a déjà été victime de discrimination à l’embauche

L’IFOP a publié lundi le 8ème baromètre de perception des discriminations à l’emploi réalisé pour Le Défenseur des Droits et l’Organisation Internationale du Travail. Il s’agit de la deuxième vague de l’enquête initialement menée en juillet 2013. Elle a été réalisée auprès de 1002 demandeurs d’emploi âgés de 18 ans et plus et 500 demandeurs d’emploi d’origine étrangère âgés de 18 ans et plus. Les interviews ont eu lieu par téléphone et en ligne du 27 octobre au 25 novembre 2014.

Près de neuf demandeurs d’emploi interrogés sur dix estiment que les discriminations sont fréquentes au moment d’accéder à un emploi (85%, même s’ils sont un peu moins nombreux à considérer qu’elles sont « très fréquentes » : 32%). Une part tout aussi importante juge également que le risque de discrimination à l’embauche est aggravé par le contexte de crise économique et de chômage (85%).

Les demandeurs d’emploi d’origine étrangère sont plus catégoriques : plus de la moitié d’entre eux considèrent que les discriminations sont (« beaucoup ») exacerbées par un contexte économique tendu (57%, +10 points par rapport à l’ensemble des demandeurs d’emploi). Un sentiment qui est également partagé par les 50 ans et plus (63% au sein des demandeurs d’emploi, +16 points par rapport à l’ensemble de cet échantillon) et par les interviewés au profil socio-économique élevé (profession libérale et cadre supérieur 63%, +16 points, CSP+ d’origine étrangère 74%, +17 points).

Tous plébiscitent l’importance de lutter contre les discriminations (93%) avec des mesures telles que

  • Rendre obligatoire le CV anonyme dans les entreprisesd’au moins 50 salariés
  • Sensibiliser et former les recruteurs aux risques de discriminations et aux stéréotypes liés à l’origine
  • Réaliser des tests de discrimination liée à l’origine auprès des recruteurs et rendre les résultats publics (testing)
  • Aider les personnes d’origine étrangère à faire reconnaître les discriminations dont elles ont été
    victimes
  • Mener une campagne nationale d’information contre les discriminations liées à l’origine au travail
  • Proposer un accompagnement spécifique aux personnes d’origine étrangère pour les aider dans leur recherche d’emploi
  • Favoriser, à compétences égales, l’embauche de personnes d’origine étrangère

Discrimination à l'embauche

A noter : toute discrimination, sauf exception prévue par la loi, est passible de 3 ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende.