Christine Bruneau, fondatrice du « Manteau d’Avenir » allie innovation et solidarité
, / 3561 0

Christine Bruneau, fondatrice du « Manteau d’Avenir » allie innovation et solidarité

SHARE
Home Actualité Christine Bruneau, fondatrice du « Manteau d’Avenir » allie innovation et solidarité

La semaine dernière, nous vous parlions du Manteau d’Avenir créé par Christine Bruneau, pour les sans-abris qui ne peuvent ou ne veulent pas rejoindre les centres d’hébergement d’urgence.

Nous avons rencontré Christine afin d’en savoir plus sur son action.

Tout commence le week-end entre noël et Jour de l’An, à la recherche d’informations économiques en liaison avec le froid, autre que les naufragés de la route des sports d’hiver ou de la hausse de la consommation EDF. Une initiative innovante et solidaire se détache alors du panorama médiatique : 70 prototypes d’un manteau duvet sont distribués à des SDF parisiens par des associations (Action Froid, Samu Social, Armée du Salut, Croix Rouge) en vue de la vague de froid qui frappe la capitale depuis plusieurs jours.

Qui se cache derrière cette initiative solidaire ? Christine Bruneau, juriste-criminologue, fondatrice de l’association Femmes de Demain depuis 1996, maire-adjointe de Boulogne-Billancourt depuis 1995. Christine est une militante engagée depuis de nombreuses années dans la solidarité et l’écologie en Afrique, notamment auprès des femmes au Sénégal. C. Bruneau a aussi exercé des hautes fonctions à l’Unesco (1998-2000).

Il y a quelques années, Christine Bruneau organisait des conférences autour de la place de la femme dans la société, de l’écologie, de l’économie sociale, mais au fil du temps, l’envie et le besoin d’action l’ont rattrapé : informer c’est bien, agir c’est mieux.

Christine a ainsi rencontré Veronika Scott à l’automne 2013, une styliste créatrice du Manteau Duvet à Detroit aux USA, alors qu’elle cherchait à déployer sa production en Europe.

Emballée par l’idée de ce manteau protecteur pour les sans-abris, elle décide alors d’importer l’idée en France et de l’adapter, en utilisant des matériaux isolants résistants recyclables et en faisant faire la production par des entreprises textiles françaises qui embauchent des femmes éloignées de l’emploi.

Après une intense recherche, des mois de travail, de rencontres, de contacts et de documentation sur l’univers textile, un partenariat est noué grâce à la Maison du Savoir-Faire avec une usine de Colmar qui recycle les équipements des pompiers afin d’en faire des agents isolants, Kermel. L’isolant thermique est trouvé. Il sera associé à des bouteilles plastiques recyclées.

Le tout est confectionné dans le nord de la France par Mappemode.

Le premier prototype est sorti des usines en juin dernier.

Ce manteau d’avenir allie ainsi la solidarité, l’écologie, le Made in France, le retour à l’emploi, le soutient à la filière textile nordique, le lien social.

Le projet est pour le moment soutenu par des dons privés, mais avec les retombées médias, Christine espère convaincre de grands groupes d’investir afin de produire à plus grande échelle et réduire le coût de production actuellement de 167€. Le crowdfunding est aussi envisagé ces prochaines semaines.