Je ne veux pas être entrepreneur, j’ai le droit ?
, / 2743 1

Je ne veux pas être entrepreneur, j’ai le droit ?

SHARE
Home Actualité Je ne veux pas être entrepreneur, j’ai le droit ?

Chez We Love Entrepreneurs on prône l’entrepreneuriat, on pense que si on veut vraiment être un entrepreneur on peut le devenir qui qu’on soit, quelque soit l’endroit où on a grandit et les études qu’on a faites.

Faire le choix de créer sa boite, c’est un projet de vie, un idéal, un besoin viscéral, une évidence. C’est une vocation. Qui peut se révéler tardivement, mais qui doit être là, ancrée au plus profond de vous.

Alors quand on lit ceci « Face à un marché du travail morose, l’entrepreneuriat est vu comme la voie la plus directe vers l’innovation et la réussite. » on a du mal à garder notre sang-froid…

L’entrepreneuriat n’est pas une façon de vivre et travailler « faute de mieux » parce qu’on ne trouve pas de job ou qu’on ne sait pas quoi faire de sa vie.

Créer sa boite parce qu’on ne trouve pas de job, c’est bien on ne le nie pas, car on prend sa vie en mains, on se bouge, mais si on la seule motivation c’est un salaire en fin de mois, il y a peu de chances de réussir…

Quand on crée sa boite, on travaille comme un fou, on fait de nombreux sacrifices, certains irréversibles, on perd des amis, parfois on divorce, on mange des pâtes à tous les repas pendant 2 ans au moins, on n’a plus les moyens de partir en voyage et de faire les soldes, d’ailleurs on n’a pas le temps.

La vie de rêve où on fait travailler ses salariés pendant qu’on lézarde sur une plage des Bahamas, ça c’était avant. Ou plutôt dans les films américains des années 80/90.

Être entrepreneur c’est une vie de labeur, sans horaire, sans repos, avec des rêves peuplés de chiffres, de stratégies et de contrats, des sueurs froides, du stress. Mais toujours la vision de créer « un vrai truc », d’améliorer la société, de participer à la construction du monde de demain, d’innover avec ses petits moyens, de créer de la valeur, des emplois et surtout son propre destin.

Si vous n’adhérez pas à cette théorie et que votre unique raison d’entreprendre est de gagner votre vie parce que vous êtes au chômage depuis 1 an et demi, ce n’est pas la bonne solution. Un choix de vie fait en désespoir de cause, cela ne fonctionne pas. De la même façon que vous auriez fait des études de médecine pour faire plaisir à vos parents, ou que vous soyez maman au foyer parce que vous n’avez pas de solution de garde des enfants, vous ne serez pas heureux, car vous n’avez pas choisi votre vie. C’est un choix subi auquel vous n’adhérez pas et qui vous rendra malheureux sur le long terme. Vous ne vous impliquerez pas comme vous le devriez, vous perdrez la foi, vos clients le sentiront, vous ferez mal votre travail ou vous vous laisserez aller. A terme vous échouerez. Vous serez aigri, hargneux, vous accuserez l’État Français de ponctionner les entrepreneurs, les autoentrepreneurs de prendre tout le travail, internet de créer trop de concurrence, etc… Sans voir la vraie raison : vous n’êtes pas fait pour être entrepreneur.

Il n’y a aucun jugement, aucun mal à ne pas créer sa boite, même si les médias tendent à imposer cette tendance comme l’accomplissement d’une vie. Heureusement que tout le monde n’est pas fait pour vivre de la même façon, sinon les humains seraient très ennuyeux. La pensée unique, cela n’existe pas, nous sommes en France, pas en Corée du Nord. Chacun a le choix de créer sa boite, devenir professeur, intérimaire, vendeur ou même de ne rien faire !

Ce n’est pas parce que vous passerez 6 mois de plus au chômage, alors que tout le monde vous dit de vous lancer à votre compte, que vous aurez raté votre vie. Peut-être même vous décrocherez un super job en sachant attendre. Car chaque petite chose de la vie arrive toujours au bon moment, il faut juste être patient, ne pas brûler les étapes, ne pas écouter les « bonnes paroles » de ceux qui savent et agir de la meilleure façon pour vous. Celle qui vous ressemble, vous rend heureux et en paix avec vous-même, quelques soient les coups durs que vous devez affronter. Vous seul savez ce qui est bon pour vous : ni les autres, ni les modes, ni les programmes du gouvernement, ni les profs ne le savent pour vous. Ecoutez-vous, lancez-vous si vous savez que c’est votre libre-arbitre qui vous le dit ou ne vous lancez pas si vous savez que ce  n’est pas ce que vous voulez. Faites-vos propres choix en votre âme et conscience.

  • Nicolas

    Tous les entrepreneur ne travaillent pas de la même manière et n’ont pas les mêmes efforts à fournir pour réaliser leurs projets, merci de ne pas mettre tous le monde dans le même sac :) ni de stéréotyper la Corée du Nord, avec cette fameuse pensé unique que vous critiquez et appliquez en même temps sur cet article.
    J’ai entendu toutes sortes de réussite entrepreneurial, du geek le plus retiré pour qui ses projets pro représentent 100% de sa vie, au créateur nomade alternant vacance et travail, en passant par le père et la mère de famille qui ne travaillent pas plus qu’autre fois, salarié, mais simplement d’une autre manière, pour eux même.
    Il y a bien des sortes d’entrepreneur, même s’ils ont en effet tous des caractéristiques en commun.

    Cette critique ne vaut que pour cet article, et n’est que mon avis, si jamais d’autres le partage. Longue vie à votre blog ainsi qu’à vos projets.