#Startup Testamento veut populariser le testament
, / 4311 0

#Startup Testamento veut populariser le testament

SHARE
Home Actualité #Startup Testamento veut populariser le testament

La startup du jour, c’est Testamento, un site qui permet de réaliser son testament rapidement et facilement en ligne. Le testament est ensuite enregistré dans le fichier national des notaires et conservé en toute sécurité toute sa vie. Testamento fournit des informations, des modèles, et offre la possibilité de le faire relire par un notaire.

Virgile Delporte, son fondateur a répondu à nos questions :

virgile

Qu’est-ce que Testamento ?

Testamento.fr est le premier site en France dédié au testament et à la succession. L’objectif est de démocratiser le testament, trop peu utilisé chez nous. 9 successions sur 10 se font sans testament en France, contre près d’une sur 2 aux États-Unis. Sur Testamento.fr, l’internaute obtient en quelques clics un kit d’information gratuit sur sa situation personnelle en matière de succession, que nous générons sur la base d’un questionnaire simple. Il peut ensuite, toujours sans se déplacer, obtenir un modèle de testament olographe en ligne, le recopier et le faire parvenir à l’un des notaires du site, pour que celui-ci le relise, l’enregistre sur la base de données nationales des notaires et le conserve en toute sécurité.

D’où est venue l’idée ?

L’idée est venue d’une expérience personnelle. La veille d’un départ pour un trek en Amazonie, j’ai voulu faire un testament, juste au cas où. Au retour, je l’ai présenté à un notaire, qui m’a dit que le testament n’avait aucune valeur juridique – j’avais commis des erreurs de fonds et de forme. Cela a été le déclic : je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose !

Quel est le modèle économique ?

Le modèle économique est simple : d’un côté, le B2C : nous vendons un service freemium sur Testamento.fr (informations gratuites et services payants). De l’autre, le B2B2C : nous proposons nos logiciels SaaS permettant à différents acteurs de secteurs connexes de déployer le service auprès de leurs clients.

Qui sont vos concurrents ?

A ce jour, nous n’avons pas identifié de concurrence frontale en France. Il existe cependant des acteurs en dehors de nos frontières, en particulier dans les pays anglo-saxons. Nous les rencontrerons au moment de notre croissance internationale.

Quelle est la philosophie/l’ADN de l’entreprise ?

Notre philosophie est de proposer un service utile pour le grand public, facile à comprendre et accessible à des coûts abordables, en proposant la meilleure expérience client possible.

Que faisiez-vous avant  ?

J’ai débuté ma carrière dans la vente et le marketing il y a un peu plus de 15 ans dans une start-up, l’éditeur de logiciel Virtools, pionnier de la 3D temps-réel en France, que nous avons revendu à Dassault Systèmes. J’ai ensuite créé une société de conseil, pour accompagner des start-ups innovantes, dans le domaine du jeu vidéo notamment, à construire ou améliorer leurs logiciels et les déployer un peu partout dans le monde.

Avez vous un mentor ou un conseiller et que vous inspire-t-il au quotidien ?

J’ai la chance d’être entouré depuis le début de l’aventure par des professionnels expérimentés et passionnés qui ont cru très tôt en notre projet, à commencer par l’équipe de l’incubateur de Télécom Sud Paris. C’est donc plus un remerciement collectif que j’en profite pour leur adresser. Sans eux, je ne suis pas sûr que le projet aurait pu voir le jour.

Quelle est votre plus grosse galère ?

Pour être sincère, je ne crois pas en avoir vraiment connue. Ou alors, c’est mon optimisme et ma détermination sans failles qui me l’ont faite oublier J

Quelle est votre plus grande fierté ?

Ma plus grande fierté, au-delà de l’équipe géniale qui m’entoure, est le soutien que nous recevons tous les jours de partout : nos clients qui nous félicitent pour la qualité du service, les notaires et avocats qui nous soutiennent et veulent travailler avec nous et les personnes qui nous rappellent que nous apportons un service utile et qui fait bouger les lignes.

Votre premier salarié ?

Rose, notre web designer, qui a démarré en tant que stagiaire au tout début de l’aventure et sans laquelle je ne sais pas comment nous aurions pu lancer le site : elle a notamment créé notre logo et toute la charte graphique, en partant de 0. Rose est anglaise, avec un parcours à la fois technique et artistique, un profil atypique comme je les adore. Elle est désormais en CDI.

Comment avez-vous financer le démarrage/développement ?

Le financement jusqu’alors a reposé sur les fonds propres des fondateurs, des prêts d’honneur dont nous avons bénéficié auprès du Réseau Entreprendre et de la Fondation Télécom, et une subvention de la BPI, en tant que lauréat d’une bourse French Tech.

Comment avez-vous trouvé vos premiers clients/partenaires ?

Les premiers clients et partenaires sont venus vers nous spontanément, nous n’avons rien eu à faire. Bien évidemment, la phase suivante est plus classique : il faut aller chercher les clients par tous les moyens disponibles.

Quelle est votre stratégie marketing ?

Faire connaître nos services par les canaux classiques et les plus efficaces, en particulier par le biais de partenariats avec des acteurs solides, l’excellente de l’expérience client qui génère un très bon bouche à oreille, et la pédagogie, encore et toujours.

Quels sont vos prochains projets ?

Nous démarrons une nouvelle phase du projet : après la construction initiale de l’offre, nous accélérons désormais en travaillant sur de nouvelles offres – mais chuuuut, c’est secret.

Quel conseil donneriez vous à un futur entrepreneur ?

Foncez, mais entourez-vous ! Quel que soit votre expérience, rejoignez une structure d’incubation – il y en a beaucoup en France, en privilégiant celles qui proposent, au-delà de bureaux à des prix abordables, un véritable accompagnement du projet.