« Le secteur du jeu en ligne a un horizon infini » – Nicolas Cellier co-fondateur de Belote en Ligne
, / 3425 3

« Le secteur du jeu en ligne a un horizon infini » – Nicolas Cellier co-fondateur de Belote en Ligne

SHARE
Home Actualité « Le secteur du jeu en ligne a un horizon infini » – Nicolas Cellier co-fondateur de Belote en Ligne

Exoty.com est un studio de création de jeux sociaux fondé en 2012 qui compte aujourd’hui 10 employés. La société est spécialisée dans la création de jeux multijoueurs, multi plateformes. Le  produit phare, Belote en ligne, lancé fin 2012, compte aujourd’hui 50000 utilisateurs quotidiens ce qui représente un peu plus de 180000 parties jouées sur une journée.

Exoty a été fondé par 3 amis d’enfance tous du même village du sud de la France, Ridouane Daanouni, Sébastien Alessi et Nicolas Cellier.

Nicolas nous en dit plus sur Exocity :

FullSizeRender

D’où est née l’idée de cette startup ?
Nous avons débuté notre aventure entrepreneuriale en 2010 à travers divers projets fondés sur une stratégie d’acquisition de trafic (SEO) et d’affiliation. Ce modèle est arrivé à bout de souffle mi 2012 (on en reparlera). Après ce constat d’échec, nous avions deux choix: nous séparer et reprendre des emplois « classiques » ou continuer ensemble. Nous avons fait ce choix mais en prenant en considération le fait que nous devions nous renouveler, créer notre propre identité, notre propre produit. C’est cette volonté d’indépendance qui nous a poussés à créer notre studio de jeu Exoty.com. Après tout, pourquoi vendre son trafic quand on est soi-même capable de le monétiser ?

Nous devions nous renouveler, créer notre propre identité, notre propre produit

Quel est votre parcours ?
Nous nous sommes rencontrés au lycée où nous avions déjà la volonté commune de créer quelque chose ensemble. Nous avons ensuite suivi des parcours très différents qui nous ont un peu éloignés les uns des autres sur le coup, mais qui aujourd’hui nous permettent de nous compléter.
Ridouane Daanouni à une formation d’ingénieur en électronique qui l’a mené à travailler pour des grand groupe tels que Texas-Instrument, Sébastien Alessi est webdesigner, quant à moi (Nicolas Cellier) j’ai quitté mon poste au ministère de la défense pour tenter l’aventure. Nous avons tous mesuré les risques avant de tenter le grand saut de l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, aucun de nous ne le regrette.

Nous avons tous mesuré les risques avant de tenter le grand saut de l’entrepreneuriat

Pourquoi avoir choisi le jeu en ligne ?
Nous avons avant tout choisi un jeu, celui qui nous « parlait » et nous rapprochait. Nous venons tous les trois d’un coin du sud de la France où la belote est très populaire. C’est ainsi que notre jeu phare est né : Beloteenligne.fr. La belote, même si on en parle peu, est le jeu de carte le plus pratiqué en France (loin devant le poker). C’était une réelle opportunité pour nous de créer un produit propre et adapté au plus grand nombre. Divertissant et rémunérateur le secteur du jeu en ligne à un horizon infini qui s’adaptera immuablement aux futurs supports technologiques.

Comment avez-vous financé vos débuts et le développement ?
Nous avons reçu très tôt une offre de levée de fond, que nous avons refusée, partant du principe que pour être viable un projet doit pouvoir s’auto-financer. Nous avons respecté notre philosophie entrepreneuriale fondée sur la liberté de prise de décision et de mouvement. Pour répondre à votre question, nous avons vécu « l’âge d’or » de l’affiliation dans les jeux en ligne en France. Les recettes générées nous ont permis de financer la suite de l’aventure.

Nous avons vécu « l’âge d’or » de l’affiliation dans les jeux en ligne en France

En vivez-vous aujourd’hui ?
Toujours pas selon nos parents ! Blague à part, c’est vrai que même de nos jours les gens on du mal à croire qu’il est possible de générer une économie autour d’un simple jeu de carte. Dans les faits Exoty.com génère suffisamment de revenus pour nous permettre de vivre et d’accroitre notre développement.

Même de nos jours les gens on du mal à croire qu’il est possible de générer une économie autour d’un simple jeu de carte

Combien avez vous d’utilisateurs ?
Nous avons lancé notre premier jeu disponible uniquement sur Facebook, puis mis en ligne une version navigateur. C’est en octobre 2014 que les applications iOs Android et Windows Phone ont été disponibles. Aujourd’hui, nous avons passé le cap des 500 000 joueurs avec un peu plus de 60 000 joueurs actifs par mois. Pour vous donner une idée ce sont près de 180000 parties multijoueurs jouées chaque jour.

Quel est le business model ?
Le business model est fondé sur le principe du Freemium. Nous proposons des parties gratuites aux joueurs grâce à différents bonus, une fois leur réserve de jetons épuisée, les joueurs ont la possibilité d’acheter de nouveaux jetons pour continuer à jouer.

Quelle est la philosophie de l’entreprise ?
Faire ce que l’on aime pour être libre et aimer ce que l’on fait pour être heureux.

Votre plus grosse galère ?
Sans hésiter, la mise à jour de l’algorithme Google en avril 2012 qui a généré sur nos sites une perte de trafic (et de revenus) énorme en quelques jours. Mais cet événement a finalement constitué une opportunité incroyable, peut être la plus belle. Ce coup dur nous a poussé à sortir de notre confort de « revendeur de trafic », à ne plus dépendre d’un autre écosystème et à créer notre propre identité. J’ai toujours en tête la phrase de Loïc Le Meur « ma plus belle erreur : bâtir dans la cour d’un autre ». Aujourd’hui, nous avons créé notre communauté et nous créons des jeux multi plateformes : Facebook, iOs, Android, Windows Phone ainsi que sur navigateur.

Votre plus grande fierté ?
Avoir pu construire une boîte qui tient la route. Mais surtout l’avoir fait entre amis.

Comment avez-vous trouvé vos premiers utilisateurs ?
Notre background SEO nous a permis durant notre époque d’affiliés de générer du trafic. Une fois un jeu créé nous basculons logiquement notre trafic vers ce dernier.

Quels sont vos prochains projets ?
Notre objectif principal est de continuer notre développement en créant de nouveaux jeux sur le marché français pour ensuite attaquer d’autres marchés, comme l’Amérique latine. Nous développons en parallèle une solution en marque blanche afin de proposer nos jeux à des sites souhaitant animer leur communauté et générer des revenus additionnels.

  • Nicolas

    Jeux sympas mais :
    – Multiples bugs, surtout les applications smartphones qui sont catastrophiques au niveau des déconnexions. C’est bien foutu mais pas assez solide au niveau technique
    – Startup nulle au niveau de la communication. Ne réponds jamais aux messages et donne l’impression à la communauté de se faire entuber.
    Franchement les gars, votre jeu est joli et bien foutu mais trouvez une solution aux problèmes techniques et engagez un community manager ou virez le.

    Cdlt,

    Nicolas

    • Rick Hcinq

      Belle publicité surtout la fin, j’adhère à 200%.

  • Rick Hcinq

    Sans compter qu’ils prennent les gens pour des cons avec des règles stupides telle que celle de rendre les gens muets par des dénonciations débiles et sans fondement.