L’entrepreneur, antidote anti-crise en 2015 ?
, / 3644 0

L’entrepreneur, antidote anti-crise en 2015 ?

SHARE
Home Actualité L’entrepreneur, antidote anti-crise en 2015 ?

Le 26 novembre dernier, Hiscox a organisé en partenariat avec le Cercle des Jeunes Entreprises (CJE) une conférence sur la thématique : « L’entrepreneur, antidote anti-crise ? ». Hiscox a présenté à cette occasion les principaux enseignements de son étude intitulée « ADN d’un entrepreneur », une enquête internationale menée auprès de 3 500 patrons de petites et moyennes entreprises en Europe et aux États-Unis.

Dans un premier temps, l’étude laisse à penser que les PME ont su affronter la tempête et envisagent l’avenir avec plus de confiance. Des signes de reprise de la croissance sont apparus, tandis que les niveaux d’optimisme ont rebondi. Mais ce sont les entreprises de plus de 5 millions d’euros de CA qui tirent le mieux leur épingle du jeu. Les petites entreprises peinant à trouver des financements pour se développer.

Une vitalité particulière anime beaucoup de petites et moyennes entreprises ayant vu le jour depuis le début de la récession en 2007/2008. Leurs plans de recrutement laissent à penser qu’elles vont jouer un rôle capital dans le redémarrage de la croissance économique.

Plus de la moitié des start-ups qui ont vu le jour pendant la récession (56%) ont été créées par des femmes.

Les patrons de start-ups créées durant la récession ont davantage tendance à penser que le contexte économique les a rendus « plus forts et plus déterminés à réussir ».

Un peu plus d’un tiers des sondés pense que diriger une entreprise fait partie intégrante de leur ADN, tandis que la même proportion déclare avoir été inspirée par un modèle ou autre « success story ».

La souplesse des horaires de travail et la satisfaction de pouvoir décider de la direction à donner à l’entreprise sont

Un sondé sur trois envisage de se retirer de son entreprise dans les cinq prochaines années, même chez les moins de 40 ans.

Plus de la moitié des PME dont le chiffre d’affaires est inférieur ou égal à 1 million d’euros ne parvient pas à obtenir le financement nécessaire au lancement d’un nouveau produit ou service.

Plus de la moitié des nouveaux produits ou services ont été lancés via un site Web.

Plus des deux tiers des personnes interrogées estiment que les lourdeurs administratives restent un frein majeur a la création d’entreprise.