Coline Debayle, co-fondatrice d’Artips, envoie une dose d’art par mail
, / 3810 0

Coline Debayle, co-fondatrice d’Artips, envoie une dose d’art par mail

SHARE
Home Actualité Coline Debayle, co-fondatrice d’Artips, envoie une dose d’art par mail

L’entrepreneur du jour c’est Coline Debayle, qui a co-fondé avec Jean Perret, la startup dont on parle beaucoup en ce moment Artips. Une newsletter qui décrypte l’art et le met à la portée de tous 3 fois par semaine. Des anecdotes écrites par des étudiants en histoire de l’art et des professionnels du milieu de l’art (professeurs, médiateurs, …). Elles sont ensuite validées par Gérard Marié, professeur d’histoire de l’art à Science Po Paris. La newsletter est envoyée à plus de 70 000 abonnés après 1 an et demi d’existence !

artips

Qui êtes-vous ?

Coline DEBAYLE, 24 ans, co-fondatrice d’Artips avec Jean Perret.

Que faites-vous ?

Avant d’être diplômée, j’ai rencontré lors d’un start-up week-end Jean et nous avons décidé de lancer ensemble Artips pour répondre à une frustration que nous avions en commun.

Qu’est ce qui vous fait vibrer dans la vie ?

Construire son propre terrain de jeu…

Ma philosophie : Construire son propre terrain de jeu

Quelle est votre idole/icône/mentor ?

J’ai récemment lu le dernier livre de Sheryl Sandberg, Lean in, qui est très inspirant !

Une philosophie de vie ?

Essayer d’aller toujours de l’avant.

Vos dernières vacances ?

Les îles Grecques.

Vos passions ?

Le théâtre et les voyages.

Des regrets ?

Ne pas célébrer assez les succès…

Que manque t’il à votre vie ?

Du temps…

Qu’est ce que vous détestez dans la vie ?

Les non-dits.

Si c’était à refaire que changeriez-vous ?

J’essaierais d’avoir moins peur et de plus apprécier chaque minute du voyage.

Pourquoi êtes-vous devenu entrepreneur ?

Par hasard ! J’ai rencontré Jean et construire Artips ensemble est devenu une nécessité commune.

Quelle est votre vision de l’entrepreneuriat ?

Créer, construire, découvrir et comprendre le monde qui nous entoure.

C’est quoi Artips ?

Artips, c’est une dose d’art au quotidien. Concrètement, nous envoyons chaque jour une anecdote ludique et mémorable sur une œuvre d’art, à lire en une minute. A travers des anecdotes pédagogiques et volontairement courtes, nous proposons aux lecteurs un moment de détente intelligente quotidien, une solution pour apprendre « sans douleur », peu importe ses connaissances initiales. Nous rendons ainsi l’histoire de l’art plus accessible en terme de contenu, mais aussi en terme de mobilité grâce au numérique : Artips peut être lu dans le métro sur smartphone, en famille sur tablette ou au travail sur ordinateur.

Quelle est le petit plus de votre startup ?

Une équipe de passionnés qui partagent la même envie de rendre l’histoire de l’art plus accessible.

Une équipe de passionnés qui partagent la même envie de rendre l’histoire de l’art plus accessible

D’où est venue l’idée ?

Le projet est né d’une frustration que je partageais avec mon associé. Diplômée de Sciences-Po et d’HEC, j’étais très attristée de constater que, dans la vie active, on manque de temps pour se cultiver ou pour visiter des expositions. Mon associé quant à lui se levait tous les matins à 5 heures afin de lire de l’histoire de l’art avant d’aller développer des solutions techniques innovantes.

Quel est le modèle économique ?

Nous travaillons avec le marché institutionnel de la culture et du tourisme des villes et des régions pour mettre en valeur leurs expositions, leur patrimoine culturel et leurs initiatives artistiques via des anecdotes partenaires. En B2B, nous travaillons avec de grandes entreprises du CAC 40 auxquelles nous envoyons des anecdotes rebrandées qu’ils offrent en cadeau à leurs employés ou leurs meilleurs clients.

Qui sont vos concurrents ?

Artips n’a pas de concurrent direct. Nous nous positionnons à l’intersection entre le format newsletter de My Little Paris (plus de 1 million de lecteurs en France) et le contenu artistique du programme télévisé D’Art d’Art, qui rassemble 6 millions de téléspectateurs, révélant un potentiel très fort sur le marché français.

Quelle est la philosophie/l’ADN de l’entreprise ?

Le plaisir, celui des lecteurs et le nôtre.

Votre plus grosse galère ?

Changer trois fois de noms avant de trouver Artips.

Votre plus grande fierté ?

Les mamans qui pour la première fois osent emmener leurs enfants au musée !

Comment avez-vous financer le démarrage/développement ?

On a travaillé un an sans se payer et on a créé Artips avec seulement 1000 euros chacun.

Comment sont venus vos premiers clients et lecteurs ?

On a créé un évènement Facebook et on a passé le mot aux amis, amis d’amis et amis de nos parents.

Votre stratégie marketing ?

Raconter des histoires qui donnent envie de les partager.

Raconter des histoires qui donnent envie de les partager

Des projets ?

Se lancer à l’international (le lancement en anglais a déjà eu lieu et les autres langues sont en cours de développement), et développer Artips dans le monde physique (conférences, ateliers, visites d’expos, etc.)

Un conseil pour un futur entrepreneur ?

On n’est jamais assez prêts et c’est normal d’avoir peur.

Artips c’est aussi un livre à offrir pour noël :)

artips livre