Les développeuses sont des Duchess
, / 4091 0

Les développeuses sont des Duchess

SHARE
Home Actualité Les développeuses sont des Duchess

Duchess France, c’est une association créée en 2010 en France, destinée à valoriser et promouvoir les femmes développeuses et avec des profils tech, leur donner plus de visibilité, mais aussi à faire connaître ces métiers tech et créer des vocations auprès d’autres femmes et jeunes filles.

Duchess France organise des évènements techniques destinés à tous sur diverses technologies pour apprendre et partager des connaissances et voir plus de femmes animer des conférences tech.

Ludwine Probst, Stéphanie Hertrich et Amira Lakhal nous en disent plus :

DUCHESS

C’est quoi Duchess ?
Duchess France est une association destinée à promouvoir et mettre en relation des développeuses et des femmes ayant des profils techniques dans l’IT, quelles que soient les technos utilisées. En effet, les femmes de ce secteur ne représentent que 10%, alors nous voulons tout simplement les mettre à l’honneur et leur donner plus de visibilité ! Et puis, il est très important pour nous de faire connaître ces métiers techniques de l’IT, encore trop peu connus, et susciter – on l’espère – de nouvelles vocations.

Les femmes du secteur IT ne représentent que 10%

D’où est venue l’idée ?
A l’origine, JDuchess est un Java User Group (JUG = groupe d’utilisateurs du langage de programmation Java) féminin provenant des Pays Bas. Après avoir rencontré Clara Ko (JUG Leader de JDuchess), elle nous a proposé de représenter son JUG en France. JDuchess France a ainsi vu le jour en Mars 2010.

Au début, JDuchess était l’occasion de monter une communauté où les femmes utilisant le langage de programmation Java pouvaient se rencontrer, partager leurs expériences, et parler technique.
Ensuite le réseau s’est élargi et est devenu l’association Duchess France en 2012.

Qui se cache derrière Duchess ?
Aujourd’hui, nous sommes 11 au bureau Duchess éparpillées en France (Paris, Marseille, Nice, Lyon, Brest, Limoges, Toulouse et Strasbourg). Nous avons toutes un travail, plusieurs ont des enfants, et nous nous occupons de l’association sur notre temps perso. Chacune apporte à sa façon en fonction de ses affinités et disponibilités. Une chance pour nous c’est que nous sommes plutôt complémentaires !

Quelles sont vos actions ?
Duchess France c’est avant tout une communauté de passionné-e-s de technique. Nous organisons des évènements destinés à tous sur divers outils informatiques pour rester au courant des dernières technologies, continuer à apprendre et partager des connaissances. C’est aussi une occasion pour encourager les femmes de notre réseau à se lancer en tant que speaker dans ces évènements.
En effet, l’une des missions principales de Duchess France est de voir plus de femmes prendre la parole dans des conférences techniques (<5%), et dans ce sens nous organisons des sessions de coaching pour les y préparer.

L’une des missions principales de Duchess France est de voir plus de femmes prendre la parole dans des conférences techniques

Pour faire connaître nos métiers et partager notre passion, nous sommes également présentes sur plusieurs forums à destination de collégiens et lycéens, ou encore partenaires d’associations telles que Wi-Filles, Science Factor ou Web@cadémie.

Enfin nous croyons que des rôles modèles sont indispensables pour inspirer, motiver et aider d’autres femmes – qu’elles soient étudiantes ou en reconversion – à se projeter dans ces domaines techniques de l’informatique. Dans ce but, nous publions des portraits de femmes qui parlent de leur métier, leur passion pour le code et la technique, bref nos rôles modèles !

Nous nous investissons aussi au cas par cas dans diverses initiatives qui nous sont chères comme par-exemple le dernier Startup Weekend Women où nous étions 4 duchesses à intervenir en tant que mentors et participantes.

Qu’apportez-vous de différent par rapport à Girls In Tech et Girlz In Web par exemple ?
Les associations Girls In Tech et Girlz In Web font la promotion des métiers du numérique au sens large (entrepreneuses, marketing, communication, startup,…). Duchess France s’adresse spécifiquement aux femmes ayant un profil technique dans l’informatique et en particulier aux développeuses puisque le réseau a été créé par des développeuses au départ. En effet, cette compétence technique que nous défendons, nous la connaissons bien car nous la mettons en pratique au quotidien : c’est tout simplement notre job ! Notre diversité technologique nous permet d’adresser un spectre technique très large et ce niveau de technicité est l’un des garants de notre légitimité sur nos actions autour du code et des technologies. Ainsi nous collaborons régulièrement et avec plaisir avec les GIT et GIW car nos actions sont complémentaires.

Ne pensez-vous pas que créer des associations réservées aux femmes soit stigmatisant ?
Nous sommes un groupe mixte, sauf dans notre bureau. La mixité est représentante de notre société c’est pourquoi il est important d’avoir des hommes dans l’association. C’est un bon indicateur de santé du groupe dans le sens où il montre que l’on ne fonctionne pas en vase clos, en dehors des réalités. Il démontre aussi que les actions techniques que nous proposons (workshop) sont perçues comme pertinentes par la communauté des développeurs dans son ensemble. Nous avons aussi besoin des hommes pour faire évoluer les perceptions comme par-exemple ne plus être considérées comme des bêtes curieuses parce que trop rares. Certaines femmes restent perplexes par rapport à notre groupe et pensent que c’est considérer que les femmes sont plus faibles et ont besoin d’aide. Mais être isolée renforce souvent le sentiment de stigmatisation et dessert plutôt les femmes en général.

Nous avons aussi besoin des hommes pour faire évoluer les perceptions comme par-exemple ne plus être considérées comme des bêtes curieuses parce que trop rares

Stéphanie précise « J’ai peu l’occasion de côtoyer des femmes techniques au quotidien : je travaille dans un environnement 100% masculin. Cela n’est pas un problème ! Mais j’ai été ravie de trouver un groupe de filles qui connaissent le même contexte de travail que le mien et de pouvoir échanger autour de nos similitudes, aussi bien techniques que sociales. Je ne suis pas très féministe dans l’âme : sur ce plan, toutes les sensibilités sont représentées chez les Duchess – comme dans la vraie vie – mais ce n’est pas du tout l’idée du groupe »

Pensez-vous que les femmes de la tech française subissent le sexisme des hommes ? Comment changer cela ?

L’avis de Ludwine: “Le sexisme me semble moins présent en France qu’aux USA. Je trouve globalement l’environnement agréable pour une femme, même si tout n’est pas parfait. J’ai le sentiment qu’il y a plus de sexisme dans d’autres milieux et dans le monde de tous les jours. Pour moi le sexisme est un problème global, de société et peut être résolu par l’éducation, et une forte sensibilisation pour faire évoluer les mentalités.”

L’avis de Stéphanie : « Peut-être supportons-nous plus de choses en France (trop ?) ou alors on dédramatise davantage ce qui permet souvent de désamorcer les situations. Pour ma part cela me convient bien mais il est possible que ce ne soit pas la bonne approche à long terme, parce que petit à petit on finit par accepter parfois des choses que l’on ne devrait pas. Je pars du principe que si les remarques sont taquines mais bienveillantes elles sont acceptables, si elles sont méchantes ou blessantes elles ne le sont pas. Néanmoins la barrière est parfois très mince et c’est encore une fois une question de perception et de ressenti individuel. Je crois que c’est à chacune de définir ses limites. Quant à ce qui ferait changer les choses, c’est un sacré débat ! La solution la plus évidente mais pas la plus rapide serait de tendre vers la parité dans nos métiers, sans oublier les conférences techniques où nous sommes encore plus minoritaires”

Y a t-il vraiment un plafond de verre ou les femmes s’autolimitent-elles ?
Les femmes se sentent globalement moins légitimes dans le fait de se mettre en avant et de valoriser leur travail. Elles sont aussi moins dans la compétition. Mais peut-être qu’à force de côtoyer des hommes, par osmose, on finit par se comporter un peu comme eux. A tort ou à raison, notre perception est que les différences de salaire sont moindres entre hommes et femmes dans les métiers de l’informatique que dans les autres métiers en général. Le plafond de verre reste malheureusement présent, au même titre que dans la plupart des branches où les femmes sont peu représentées.

A tort ou à raison, notre perception est que les différences de salaire sont moindres entre hommes et femmes dans les métiers de l’informatique que dans les autres métiers en général

En ce qui concerne l’expertise technique, très peu de femmes prennent la parole lors de conférences par exemple. Nous sommes très souvent en dessous de 5% de speakers féminins. Et lorsqu’on leur demande pourquoi elles ne soumettent pas de sujets, elles se disent “pas assez expertes”, “pas assez à l’aise”. Là où les hommes se montrent plus sûr d’eux et plus confiants: les femmes ont tendances à se sous-estimer et se dévaloriser. Il semble que les femmes soient plus touchées par le syndrome de l’imposteur que les hommes. Et dans un milieu très masculin comme celui de l’informatique avec des codes masculins, cela peut devenir pénalisant de moins s’affirmer et oser.

Nous sommes très souvent en dessous de 5% de speakers féminins