MotionLead : la créativité au service de la publicité mobile
, / 4718 0

MotionLead : la créativité au service de la publicité mobile

SHARE
Home Actualité MotionLead : la créativité au service de la publicité mobile

MotionLead, c’est l’une des startups à suivre ces prochaines années qui va révolutionner la publicité sur mobile. Créé en 2013 par Arthur Querou, Louis Bur et Alexei Chemenda, nous avons rencontré ce dernier pour en savoir plus sur le parcours de ces startupers, leur activité et leurs ambitions.

motionlead

Alexei arrive au rendez-vous en nous disant que lui et ses associés sont en pleine réflexion actuellement pour savoir s’ils doivent lever des fonds pour accélérer encore plus vite ou continuer sur fonds propres la croissance qu’ils génèrent depuis le lancement. Le ton est donné, MotionLead n’est pas une petite startup, déjà près d’un million d’euros de campagnes publicitaires commandées, sans investisseur, en parallèle de leurs études à l’EPITA, un vaste « playground où tout est possible sans risque« , à moins de 25 ans.

MotionLead n’est pas le premier projet de la jeune équipe, Arthur et Louis ont lancé en 2011, une application mobile MemeReader qui a généré jusqu’à 600 000 utilisateurs uniques avec un temps d’utilisation de 15 minutes par jour ! Il s’agissait d’un lecteur de flux d’images humoristiques, très prisé en Asie, notamment à Singapour qui concentrait 3% des utilisateurs.

C’est grâce à MemeReader, qu’ils se sont intéressés à la publicité sur mobile, afin de monétiser leur application. Celle-ci était rentable dès le premier jour, mais après 6 mois de bannières publicitaires classiques ils jugent que ce n’est pas assez satisfaisant en terme de revenus et surtout en expérience utilisateur.

Il n’y avait pas de réflexion poussée sur le format de la publicité mobile

Il y a depuis longtemps une demande énorme de la part des éditeurs et des annonceurs pour la publicité mobile, mais celle-ci demeure très intrusive et dénuée de tout intérêt pour l’utilisateur qui se sent souvent importuné. L’idée leur vient de tester plusieurs formats publicitaires afin de cerner ceux qui fonctionneront le mieux sur MemeReader. Ils engrangent alors du cash qu’ils décident de réinvestir dans leur nouveau projet, MotionLead, une techno qui permettra aux annonceurs par l’intermédiaire des éditeurs d’offrir une publicité avec une identité de marque forte.

Arthur, Louis et Alexei sont toujours en parallèle étudiants à l’EPITA, alors qu’ils décident de présenter leur projet à Y Combinator, l’incubateur mythique de la Silicon Valley. Jusqu’en 2014, YC n’a accueilli qu’une seule startup franco-américaine, Docker. Qu’à cela ne tienne, les 3 amis partent pitcher devant le jury pendant 10 minutes.

Le troisième d’entre nous n’était pas entré dans la salle que le jury attaquait déjà les questions !

Les questions s’enchainent pour connaitre l’équipe, le produit, apprécier la confiance, la motivation, la maitrise du marché et sentir si le feeling passe avec la team. A la fin du pitch, l’un des membres du jury leur indique qu’ils ont leur ticket pour YC à condition qu’ils viennent tous les trois pendant 3 mois sur place. Le soir même, ils sont acceptés officiellement et sont donc la première startup française à rejoindre Y Combinator.

Au cours de cette période, ils vont profiter de l’accompagnement de pointures de l’écosystème numérique de la Silicon Valley qui n’hésitent pas à donner de leur temps, pour affiner et consolider leur business model.

A la suite de cette période, Alexei a choisi de rester aux USA afin d' »évangéliser le marché du gaming« , une cible privilégiée pour leur formats publicitaires. Un modèle qui repose sur le fait d’attirer l’attention de l’utilisateur de façon discrète, de générer des clics qualifiés, d’avoir une audience engagée, reposant sur des publicités créatives très design n’altérant pas la qualité et la vitesse de navigation sur le site mobile ou l’application.

Notre objectif était de faire travailler les agences créa avec notre techno afin qu’elles proposent notre modèle à leurs annonceurs

Leurs premiers clients, et pas des moindres, côté éditeur, furent TF1 et Webedia, signés avant de rejoindre YC, témoins du potentiel de leur startup, puis vinrent Hi Média, Canal +, France Télévision, Doctissimo etc… Pour les annonceurs, Nestlé, Nike, Coca Cola, Badoit sont quelques uns parmi tant d’autres à leur avoir fait confiance.

Comment ont-ils touché ces géants ? Au bluff. En s’inscrivant à un concours de startups organisé par Bouygues Telecom, au cours duquel, séduits par leur produit, les organisateurs les ont fait rencontré le PDG du groupe à qui ils ont confié leur smartphone pendant leur pitch pour qu’il se rende compte par lui-même de leur formats publicitaires. Ils ont pu alors convaincre le board de la firme qui a rapidement signé un contrat avec eux et leur a surtout ouvert un carnet d’adresses de prestige.

MotionLead n’a aucune vocation de régie publicitaire et ne se pose pas en concurrent des éditeurs. Il s’agit d’une techno qui leur est proposée clé en mains pour qu’ils l’intègrent à leur modèle publicitaire et offrent ainsi une forte valeur ajoutée à leurs annonceurs. La techno est applicable sur iOS, Androïd, Web Mobile, tablettes et smartphone. La startup se rémunère sur l’affichage des bannières.

Le taux de clic moyen est de 12% sur les campagnes diffusées via un support Motionlead

Aujourd’hui les associés sont donc, comme l’a indiqué Alexei, en réflexion pour lever des fonds ou non. 2 membres de l’équipe sont basés au Royaume Uni, 5 sont en France et ils travaillent avec des partenaires en Espagne ainsi qu’au Brésil.

Motionlead Presentation from MotionLead on Vimeo.