Pinterest se lance à son tour dans le ecommerce
, / 2354 0

Pinterest se lance à son tour dans le ecommerce

SHARE
Home Actualité Pinterest se lance à son tour dans le ecommerce

Après Google Buy, c’est au tour de Pinterest, le réseau social de photos, d’intégrer un bouton call to action « buy » pour que les internautes puissent acheter en quelques clics les articles qui sont épinglés sur son site. Cette nouveauté a été annoncée le 2 juin à San Francisco, par Ben Silbermann, le co-fondateur de Pinterest.

D’ici quelques semaines, les marques pourront créer des « pins » commerciaux, intégrant un bouton « acheter » bleu à côté du bouton rouge permettant d’épingler des photos sur son profil. Un bouton sur lequel les internautes n’auront qu’à cliquer, entrer leurs données de livraison et bancaires, pour recevoir l’article en question. Les paiements pourront s’effectuer via Apple Pay, ou par carte bancaire.

Il s’agirait d’une demande des utilisateurs de Pinterest a indiqué Ben Silbermann. Selon une étude récente de Millward Brown, 93% de ses utilisateurs actifs utilisent l’application pour prévoir des achats, et 87% disent avoir déjà acheté quelque chose parce qu’ils l’avaient vu sur Pinterest

Cette fonctionnalité ne sera disponible qu’aux USA dans un premier temps et seulement sur iPhone et iPad. Elle sera déclinée plus tard sur son site Internet et sur Androïd. Deux millions de produits bénéficieront du bouton « Buy » d’ici quelques semaines via les premiers partenaires de Pinterest : Macy’s, Neiman Marcus, Nordstrom, mais aussi la solution ecommerce Shopify qui permettra aux petits ecommerçants d’utiliser cette fonctionnalité.

Pinterest a affirmé qu’il ne prendrait pas de commission sur les ventes. L’idée étant d’inciter les annonceurs à dépenser plus en publicité. Le bouton acheter pourra aussi être ajouté sur les Promoted Pins.

Pinterest est valorisée 11 milliards de dollars, revendique plus de 50 milliards de photos épinglées sur son site, et estime à 70 millions son nombre d’utilisateurs actifs. Pour autant; le réseau social n’a pas encore fait ses preuves de son efficacité marketing, surtout en France, où son utilisation reste confidentielle.