Sant.ee veut réduire les risques de contagion #esante
, / 2243 0

Sant.ee veut réduire les risques de contagion #esante

SHARE
Home Actualité Sant.ee veut réduire les risques de contagion #esante

Sant.ee est une application mobile qui alerte les utilisateurs des risques de contagion par maladie saisonnière dans les lieux qu’ils fréquentent habituellement. Des conseils pour se protéger complètent l’alerte. Les utilisateurs peuvent aussi garder un œil sur la santé de leurs proches enregistrés sur Sant.ee.

Sant.ee agrège les données de la communauté grâce aux statuts mis à jour dans l’application et délivre les informations nécessaires aux utilisateurs selon le lieu où ils se trouvent.

Le marché de la e-santé ne cesse de se développer grâce notamment à la diffusion de nouveaux modes de services. L’innovation a une belle place à prendre sur la prévention des risques sanitaires et la réduction des dépenses de santé, permettant ainsi de répondre au défi de la santé publique, vaste chantier sociétal dont aucune politique gouvernementale ne voit l’issue…

Sant.ee est disponible gratuitement sur iTunes.

Son fondateur et CEO, Clément Beauvallet (une docteur en pharmacie et Ingénieur en biotechnologies complètent l’équipe) a répondu à nos questions :

Clément Beauvallet

Quel est le concept de Sant.ee ?
Sant.ee, c’est la 1ère application communautaire gratuite pour éviter les maladies et rester en bonne santé. Comme le disent certains de nos utilisateurs, c’est un peu le « Waze » de la santé : chaque membre de la communauté agit comme une vigie pour les autres, avec un simple statut, vous permettant de savoir s’il existe des risques de maladie autour de vous. Ensuite, des conseils personnalisés et adaptés à la situation vous sont délivrés directement par l’application pour être sur de réduire au maximum le risque de tomber malade.

D’où est venue l’idée ?
L’idée est partie d’un constat simple : la santé n’a pas encore réellement connu de révolution par la technologie, et pourtant c’est notre 1ère richesse ! Contrairement à beaucoup de startups en ce moment, nous avons souhaité nous attaquer aux maladies saisonnières ou récurrentes : la grippe, la gastro, les poux, la varicelle, l’asthme, etc…. Ces maladies qui nous pourrissent la vie régulièrement, mais contre lesquelles nous ne faisons que réagir, quand ça va mal.

La Grippe, la Gastro et l’Angine coutent à elles seules en moyenne 500 à 1 000 Millions d’Euros aux Français chaque année (en coût direct et hors épidémie majeure exceptionnelle) et une dizaine de millions de Français touchés, avec à la clé : désorganisation à la maison, au travail, sans parler de notre état physique.

Et personne n’y faisait rien !

Pourtant, des études prouvent que des actions de prévention simple, au bon moment, permettent de réduire les risques de tomber malade (quasiment) par deux.

Nous nous sommes donc données la mission de répondre à ce problème, en utilisant (simplement) les technologies déjà existantes, l’expérience utilisateur présente dans d’autres domaines, pour les appliquer à ce problème.

C’est comme ça que l’application Sant.ee est née, pour savoir, en temps réel, s’il y a des risques de maladies autour de moi (ou de mes proches) et me donner des conseils personnalisés pour éviter de tomber malade.

Comment a t’elle été accueillie ?
L’accueil est plutôt très bon pour le moment, surtout en ce moment, avec les épidémies de grippe et de gastro qui « rodent » autour de nous J

La communauté grossie chaque jour, mais nous espérons avoir de plus en plus d’utilisateurs pour apporter une information de prévention toujours plus fiable et plus précise à notre communauté.

Où en êtes -vous dans la croissance et les développements à venir ?
Nous sommes en pleine phase de lancement, l’annonce de l’application ayant été faite début janvier uniquement. Donc pour l‘instant nous sommes focus sur la communauté : communiquer notre application au plus grand nombre, et faire grandir la communauté.

Quel est le modèle économique ?
Le modèle économique ne vient pas de l’application elle-même : nous ne ferons pas de pub, nous ne vendons pas les données. Nous commercialiserons d’ici peu des solutions de prévention à notre communauté (et aux autres bien sur) permettant ainsi de rentabiliser et pérenniser Sant.ee.

Qui sont vos concurrents ?
Nous n’avons aujourd’hui, sur les applications, qu’un seul concurrent, qui nous vient des USA : Sickweather. Mais nous savons que d’autres concurrents vont bientôt pointer le bout de leur nez sur le marché. Mais ça n’est pas un problème au contraire : notre mission c’est d’aider les gens à être en bonne santé. Si on peut avoir de l’aide, c’est encore mieux.

Comment avez-vous financé le démarrage ?
Pour l’instant nous avons financé le développement par nos propres moyens, afin de garder le drive sur le projet et d’être sûrs de pouvoir orienter Sant.ee dans la direction que nous souhaitons.

Comment avez-vous trouvé vos premiers utilisateurs ?
Nos premiers utilisateurs sont forcément nos proches. Mais l’application commence à se propager, notamment grâce aux actions dans les médias.

Votre stratégie marketing ?
Notre stratégie marketing est assez simple pour le moment : nous nous orientons vers la presse et la blogosphère, car nous souhaitons développer une communauté d’utilisateurs, pas recruter des inscriptions à coup de milliers d’euros par la publicité ou les adwords.

Nous sommes dans une logique de confiance avec notre communauté (après tout, nous offrons un service pour un sujet très sensible, la Santé) donc nous ne serions pas à l’aise en mettant en place des tactiques marketing.

Nous voulons garder une approche basée sur l’humain et sur l’utilité de l’application.

Quelle est votre prochaine étape ?
Faire grandir la communauté, encore et toujours. Et bien sûr, avancer sur le développement de nos solutions de prévention pour assurer un maximum de prévention à nos utilisateurs.

sant.ee1 sant.ee3