SIAD accompagne les futurs entrepreneurs africains et membres de la diaspora africaine
, / 3473 0

SIAD accompagne les futurs entrepreneurs africains et membres de la diaspora africaine

SHARE
Home Actualité SIAD accompagne les futurs entrepreneurs africains et membres de la diaspora africaine

Ce vendredi, zoom sur SIAD une organisation qui soutient les initiatives économiques, en France et en Afrique. Elle promeut l’auto-entrepreneuriat et accompagne les porteurs de projet (aussi bien en Afrique qu’auprès des membres de la diaspora) dans leur création d’entreprise.

SIAD est une association créée en 1988 par un groupe de bénévoles qui partagent une conviction commune : le développement de l’Afrique passera par les populations locales qui, en créant leurs entreprises, renforceront le tissu économique du continent et créeront de la richesse et des emplois pérennes.

Depuis, le SIAD n’a cessé d’évoluer, de grandir, de s’adapter aux réalités du terrain et à la demande des entrepreneurs et des partenaires de l’association.

Camille Dijon, Chargée de mission Entrepreneuriat Nord-Sud et ESS a répondu à nos questions :

Quelle est votre activité ?

SIAD est une association de solidarité internationale qui intervient sur une thématique très vaste, le développement économique en Afrique subsaharienne. A ce titre, l’association mène plusieurs projets favorisant l’autonomisation économique des populations en partenariat avec des acteurs locaux. A titre d’exemples, l’association travaille auprès de productrices d’oignons dans le Sahel au Burkina Faso et a créé une entreprise de stockage de l’oignon afin d’améliorer les revenus des productrices (cf. lorsque c’est la récolte de l’oignon, les prix de vente baisse. Le stockage permet aux productrices de repousser la vente dans l’attente de meilleurs prix et ainsi de lisser leur prix de vente sur toute l’année, ce qui évite de subir la fluctuation des prix agricoles). Au Cameroun, une pépinière d’entreprises à été développée à Yaoundé il y a environ 4 ans. Elle est aujourd’hui autonome, accueille et forme une centaine de porteurs de projet par an, notamment au travers d’un de leur temps fort : le concours Start-up Weekend. En France, l’association travaille depuis 2008 avec les diasporas africaines sur des projets de développement économique associatifs ou individuels. Elle a d’ailleurs développé Cré’Afrique, au départ simple club d’entrepreneurs des diasporas africaines qui s’est étoffé en fabrique d’entrepreneurs au sein de laquelle des formations et un accompagnement individualisé sont dispensés.

SIAD mène plusieurs projets favorisant l’autonomisation économique des populations en partenariat avec des acteurs locaux

Qui se cache derrière SIAD ?

SIAD est piloté par un Comité d’Administration composé de personnes morales et de structures partenaires. Le CA a pour objectif d’orienter la stratégie de l’association en accord avec l’équipe salariée qui développe directement les activités en France et en Afrique. Aujourd’hui, le SIAD, c’est un siège à Montreuil (93), 2 antennes en France (Normandie et la très active Midi-Pyrénées), 1 antenne au Burkina Faso, plus d’une quarantaine de partenaires locaux ici et là-bas et une bonne centaine de bénévoles engagés. Nous avons cependant une équipe salariée restreinte : 4 permanents (3 à Montreuil et 1 à Toulouse), 2 volontaires de service civique en France et 4 permanents au Burkina Faso (Ouagadougou et Manga).

SIAD

SIAD a été montée au départ par un collectif d’ami(e)s agronomes qui souhaitaient s’investir à l’étranger. L’association a fonctionné de nombreuses années de façon bénévole avant de se professionnaliser en 2007 lors du rapprochement avec la Cofides Nord-Sud. Cofides Nord-Sud est entre autre une société de cautionnement bancaire au sud. Créée en 1995 par Terre des Hommes et Peuples Solidaires, la Cofides Nord-Sud a pour mission de collecter de l’épargne au Nord pour la mobiliser au Sud afin de faciliter l’obtention de prêts pour les entrepreneurs, coopératives ou autres acteurs économiques. Lorsque SIAD accompagne les initiatives économiques individuels ou collectives, Cofides se tournent vers ses partenaires financiers au Sud afin de construire leur appui financier.

L’association a fonctionné de nombreuses années de façon bénévole avant de se professionnaliser en 2007 lors du rapprochement avec la Cofides Nord-Sud

Comment vous financez-vous ?

Nous sommes en grande partie financés par des bailleurs publics tels que l’Union Européenne, l’État (emplois aidés, services civiques) et les collectivités territoriales françaises. Des fondations privées nous apportent également leur soutien. Nous recevons aussi des dons de la part de nos membres et sympathisants lors de collectes ponctuelles ou des fêtes de fin d’année.

Nous sommes en grande partie financés par des bailleurs publics

Où et comment dénichez-vous les projets que vous accompagnez ?

D’une manière générale, le SIAD ne déniche pas ses projets. Chaque proposition émane d’échanges et de discutions avec les partenaires locaux. Concernant plus particulièrement l’appui à l’entrepreneuriat des diasporas africaines, c’est souvent par bouche à oreille que l’association est contactée par les porteurs de projet ou simplement après une recherche internet. Nous communiquons en effet depuis peu sur cette activité de notre association alors que Cré’Afrique a vu le jour fin 2012.

Combien de projets accompagnez-vous ?

Nous accompagnons plus de 400 personnes par an sur l’ensemble de nos programmes en Afrique et ici.

Par exemple, Cré’Afrique accueille environ 100 porteurs de projet par an dont 1/3 participe aux temps d’échanges collectifs et sont suivis de manière individualisée sur une période de 6 mois environ. 1/3 arrive avec un besoin ponctuel comme finaliser le montage de la partie financière de leur business plan et sont accompagnés quelques semaines et 1/3 ne donne plus de nouvelles suite à un premier contact.

Nous accompagnons plus de 400 personnes par an sur l’ensemble de nos programmes en Afrique et ici

Les accompagnements se déroulent de quelle façon ? Avec quels objectifs et quels résultats ?

Reprenons toujours l’exemple de Cré’Afrique.

Le SIAD accompagne les porteurs de projet via l’engagement d’accompagnateurs bénévoles de l’association qui sont formés à la méthodologie d’accompagnement SIAD et encadrés par l’équipe de permanents. Avant de débuter un accompagnement, le porteur de projet, l’accompagnateur et le SIAD définissent ensemble les objectifs de cet encadrement et les résultats à atteindre. Le binôme porteur de projet/accompagnateur travaille par la suite de façon autonome et participe aux temps d’échanges Cré’Afrique (table ronde pour partager les expériences de chacun animée tous les 2 mois à Montreuil) et aux ateliers de formation proposés.

SIAD1

En 2013-2014, nous avons suivi 25 accompagnements sur 8 mois en moyenne et participer à la création d’une dizaine d’entreprises. Cependant, il faut bien noter que la création de l’entreprise ne correspond pas forcément au développement de celle-ci et que par conséquent ces chiffres sont à relativiser.

En 2013-2014, nous avons suivi 25 accompagnements sur 8 mois en moyenne et participer à la création d’une dizaine d’entreprises

A Midi-Pyrénées, la méthodologie d’accompagnement est sensiblement la même mais intervient dans un cycle d’accompagnement formalisé en 3 étapes : Initiatives Innovation (maturation du projet), Fondamentaux de création et gestion d’une entreprise et Management renforcé (pour les entrepreneurs installés depuis quelques années). A Toulouse, c’est environ une quarantaine de porteurs de projet qui sont formés chaque année.

Pouvez-vous nous raconter une belle histoire de votre expérience ces dernières années ?

L’année dernière, nous avons accueilli une porteuse de projet, Aminata, qui souhaitait créer sa boîte après avoir été licenciée pour raison économique. Elle s’est tournée vers le secteur du papier, très dynamique au Sénégal, et a commencé à travailler son projet. A chaque réunion Cré’Afrique, elle présentait ses avancées et a été le moteur du groupe cette année-là. On a notamment passé toute une soirée à préparer sa première mission au Sénégal avec son accompagnateur. Elle a impressionné en validant les nombreux objectifs qu’elle s’était fixés sur 10 jours, notamment faire sa pièce d’identité sénégalaise pour créer sa boîte, recruter une équipe de commerciaux pour démarcher la clientèle et valider son partenariat local. Elle est aujourd’hui à Dakar et développe son entreprise d’import de papier depuis juillet. On est encore en contact et Aminata a déjà avouée être nostalgique de ces moments passés à Cré’Afrique où les uns et les autres présentaient leur projet et échangeaient sur leur avenir.

SIAD2

De quelle façon intervenez-vous sur les projets ?

De manière générale, nous proposons un diagnostic, un accompagnement personnalisé, une intermédiation financière, du renforcement de compétences et de la mise en réseau pour les porteurs de projets que nous accompagnons.

Dans le cadre d’un nouveau projet que nous menons en partenariat avec la Communauté d’agglomération Est-Ensemble, la Cofides Nord-Sud et l’Adie, Résonances Nord-Sud, nous mettrons à disposition des entrepreneurs un espace de travail au sein de la pépinière d’entreprises Atrium à Montreuil. Résonances Nord-Sud est un accélérateur de projets pour l’entrepreneuriat social des diasporas africaines. Il proposera une formation et un accompagnement tournés vers le test de l’activité et du modèle économique et permettra de développer une plateforme web afin de rayonner jusqu’en Afrique.

Nous mettrons à disposition des entrepreneurs un espace de travail au sein de la pépinière d’entreprises Atrium à Montreuil

Cherchez-vous des bénévoles ? Quels profils ?

Nous sommes en permanence en recherche de bénévoles pour soutenir nos différentes activités (accompagnement, analyse de BP, communication). Les profils sont donc très divers. Cependant, en ce qui concerne l’accompagnement de porteur de projet, nous ne demandons pas d’expertises obligatoires à nos bénévoles. L’important est que vous soyez motivé et prêt à vous investir dans nos activités, peu importe que vous ayez une expérience ou pas du continent africain. Il faut rester ouvert d’esprit et avoir envie de s’ouvrir à de nouveaux défis.

Nous sommes en permanence en recherche de bénévoles pour soutenir nos différentes activités