Travailler chez soi : un choix incompris ?
, / 3562 0

Travailler chez soi : un choix incompris ?

SHARE
Home Actualité Travailler chez soi : un choix incompris ?

Le monde du travail change. Certains économistes pensent même que le salariat est derrière nous et que chacun créera à terme son propre emploi et n’aura plus de relation de subordination avec ses supérieurs, mais un rôle de prestataire auprès d’un client pour l’exécution des tâches demandées.

Beaucoup s’insurgent contre cette nouvelle forme de travail, crient au scandale et fustigent ceux qui ont déjà décidé de vivre ainsi : exploitation des entreprises, fainéantise des travailleurs, tout y passe pour exprimer sa peur de l’arrivée inéluctable de la nouvelle société où chacun est responsable de sa vie et de ses actes. Certains en viennent même à regretter l’époque bénie où les patrons paternalistes régnaient sur toute une ville en « offrant » le gîte et le couvert…

Aujourd’hui les entrepreneurs sont nombreux à travailler de chez eux, pour plusieurs raisons : pas de coût de location de bureau, des horaires flexibles, une meilleure qualité de vie, une productivité accrue, peu de charges, la liberté de travailler dans son salon ou à la plage, se lever tard ou se coucher tôt, etc… De nombreux avantages que beaucoup auraient du mal à abandonner s’ils y étaient obligés…

Même si travailler chez soi signifie parfois ne pas avoir de « vie sociale », car pas de collègues ou coworkers, la tentation de regarder la TV, tchater sur Facebook ou grignoter toute la journée, et surtout ne pas faire de coupure entre le travail et la vie personnelle.

En clair, celles et ceux qui ont leur activité à la maison, travaillent quand ils veulent. C’est à dire tout le temps :)

Car tant que tout n’est pas fini il faut continuer jusqu’au bout, et ce, même si les enfants attendent leur tartine Nutella ou le chien sa promenade du soir. Manger cela peut bien attendre, regarder les infos aussi, répondre aux appels de ses amis encore plus. Souvent travailler chez soi fait culpabiliser de ne pas en faire assez, de ne pas avoir à se plaindre des transports, d’un chef ou de collègues stupides, des repas à la cantine bruyante, etc… Et du coup les stay-at-home-workers en font encore plus ! Comme pour justifier d’avoir un vrai travail, même si c’est dans son salon.

Alors ces entrepreneurs n’osent pas avouer qu’ils se lèvent à 9h pendant que les autres mettent leur réveil à 6h. Bien qu’ils oublient de mentionner qu’à 18h pendant que chacun part prendre son RER, à la maison, c’est encore une période de travail jusqu’au repas du soir, et cela reprend une fois que tout le monde est couché jusque 1h/2h du matin pour bon nombre d’entre eux. Comme en ce moment pendant les fêtes de fin d’année.

Ils culpabilisent aussi de pouvoir aménager leur temps comme bon leur semble : aller au cinéma ou visiter une exposition à 14h c’est possible. Le travail se fera avant ou après, se programmera, mais tout sera fait. Du coup la vie culturelle est plutôt riche par rapport aux autres qui n’ont que le dimanche pour faire tout ça, avec tout plein de monde. Mais peu l’avoue une nouvelle fois…

Il est aussi possible de se délocaliser ailleurs en France ou à l’étranger sans que personne ne le sache et continuer à travailler. Idéal pour partir en week-end ou vacances, si tant est qu’il faille emmener son ordinateur et son smartphone. Parfois difficile à faire comprendre à la famille ou aux amis !

Travailler à la maison, peut sembler parfois une vie de rêve, sans contrainte ou si peu, mais à d’autres moments compliquée à supporter et à gérer au long cours. Beaucoup envient celles et ceux qui travaillent à la maison, mais préfèrent rappeler régulièrement que eux travaillent vraiment et qu’ils ne pourraient JAMAIS travailler chez eux sans voir personne. Bien que travailler à la maison ne signifie pas se transformer en ermite, car il y a les rendez-vous, les déjeuners avec d’autres entrepreneurs, les allers retours à la poste et aux points relais, etc… Voir des collègues imposés et des compagnons de galère des heures de pointe dans le RER, non merci vous répondront tous ceux qui ont fait le choix de travailler à la maison.

D’ailleurs vous a t’on déjà posé la question « quand est-ce que tu retrouves un vrai travail ? » A quoi bon expliquer et se justifier ? … Profitons de notre liberté tant enviée ^^